Commode transition LARDIN

Ebénisterie Mathieu Vath

Restauration d’une commode d’époque transition bâtie en sapin et chêne et plaquée de bois de rose, de bois de violette et avec une frise de filets de charme teint en vert à la grecque. Les côtés sont, eux, plaqués de satiné et de bois de violette.

Ebénisterie Mathieu Vath
Avant restauration

André-Antoine Lardin (1724 – 10 août 1790), obtint sa maîtrise le 1er Juillet 1750 et s’installe rue de Charenton à l’enseigne « au Bois de Boulogne  » Il y travaille jusqu’en 1770, date à laquelle il déménage pour s’établir rue Saint Nicolas. Sa production est considérable. Ses meubles de tous styles (Louis XIV, Régence, Louis XV, Transition, Louis XVI) sont de très belle fabrication, aux formes et décors classiques. A côté des secrétaires, bureaux, tables, chiffonniers…, il a laissé un nombre impressionnant de commodes, ornées de placage de bois de rose ou de bois de violette d’une qualité exceptionnelle et marquettées de feuilles ou d’ailes de papillon à encadrement sombre de palissandre. La caractéristique de Lardin était son estampille apposée en très grandes lettres, de façon énergique, sur plusieurs endroits du même meuble. Ses deux fils, André-Antoine II et Louis François collaborent avec lui et c’est Louis François qui lui succédera rue Saint Nicolas.

BIBLIOGRAPHIE

  • Le Mobilier Français du XVIIIème Siècle – Pierre Kjellberg – Les Editions de l’Amateur – 2008

Constat d’état

Cette commode n’était pas en très mauvais état. Mis a part quelques manques de placage, la structure est en bon état. Les cotés sont légèrement fendus, mais rien de bien méchant. On remarque quelques greffes anciennes qui ne demandent qu’un travail de mise en teinte et de reprise du veinage par réintégration chromatique.

La restauration

La restauration a donc consisté à restituer les manques de placage par du placage neuf scié, raclé, poncé et mis à la bonne épaisseur avant collage. Les facades de tiroir et les côtés ont été traités par infiltration de colle afin de réhydrater et régénérer les anciennes colles.

Ebénisterie Mathieu Vath
Réhydration et recollage des côtés

Ensuite, les greffes de placage ont été oxydées et l’ancien vernis a été légèrement égrainé puis retravaillé au vernis tampon incolore.

Ebénisterie Mathieu Vath
Après restauration

Pour voir les restaurations précédentes : https://ebenisterie-mathieuvath.fr/en-ce-moment-a-latelier/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.