Commode Louis XVI estampillée J.A LECLERE

Ebénisterie Mathieu Vath
Ebénisterie Mathieu Vath
Estampille J.A LECLERE

Jacques-Antoine Leclere (1744 – 30 janvier 1792) a obtenu sa maîtrise à Paris le 29 septembre 1779. Il exerça rue du Faubourg-Saint-Antoine, puis rue des Barres et enfin dans la cour de la Juiverie, à deux pas de la Bastille. Cet ébéniste a produit des ouvrages Louis XV ou Louis XVI de bonne fabrication. Il utilise le bois de rose, le satiné, l’acajou et aussi des panneaux de laque. On trouve son estampille sur des secrétaires, des commodes, divers petits meubles. Citons une paire de commode demi-lune Louis XVI revêtue de laque de Coromandel.

Quartier du faubourg Saint Antoine ; levé et dessiné par Louis Bretez, gravé par Claude Lucas. Paris [1739]
Ebénisterie Mathieu Vath
Avant restauration

A première vue, cette commode semble en bon état, mais si l’on s’approche de plus près on constate que les deux côtés sont fendus à quatre endroits et que les assemblages bougent dans tous les sens. Pour restaurer un tel meuble il y avait deux solutions :

La première solution consistait à injecter de la colle de poisson dans les assemblages pour les consolider, reboucher les fentes et procéder à une réintégration chromatique, ceci dans un but de conservation.

La seconde solution et celle que nous avons choisi avec le propriétaire de cette commode : Il a fallu tout d’abord démonter la commode ainsi que les côtés. Ce qui c’est avéré très facile, les colles étant complètement déshydratées. Puis, il a fallu recoller les panneaux de côté en rajoutant de la matière sous la moulure haute. Ceci afin que ce rajout de bois venant combler le retrait naturel du bois ne se voit pas du tout, à part de l’intérieur. Les fentes se retrouvent resserrées et ne laissent apparaître qu’une ligne dans le fil du bois.

Une fois recollés, les tiroirs ont été ajustés afin qu’ils fonctionnent parfaitement pour de ne pas endommager la structure du meuble maintenant remis en bon état.

Ebénisterie Mathieu Vath
Côté droit démonté

Le vernis a ensuite été allégé avec de l’alcool, puis retravaillé comme un vernis au tampon habituel. Ce qui a permis de « réveiller » les couleurs du bois et de faire ressortir cette patine inimitable blonde propre à l’acajou. Les bronzes ont ensuite été nettoyés par ultrason puis reposés à leur emplacement d’origine.

Ebénisterie Mathieu Vath
Après restauration

Pour voir les restaurations précédentes : https://ebenisterie-mathieuvath.fr/en-ce-moment-a-latelier/

2 thoughts on “Commode Louis XVI estampillée J.A LECLERE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.