Console Louis XVI Molitor

Ebénisterie Mathieu Vath

Restauration d’une console Louis XVI (1790-1795) estampillée de Bernard Molitor. La structure est en chêne et acajou massif pour les pieds. Les panneaux de la tablette basse sont en hêtre. Elle est plaquée de ronce d’acajou et de filets d’ébène et laiton.

Ebénisterie Mathieu Vath
Avant restauration

Originaire du Luxembourg, Bernard Molitor (1755 – 17 novembre 1833) obtient sa maîtrise à Paris le 26 octobre 1787. Arrivé à Paris en 1776 et travail dans un petit atelier situé dans le cartier de l’Arsenal. C’est après l’obtention de sa maîtrise qu’il s’établit rue de Bourbon-Saint-Germain. L’austérité de sa production et le désir de réduire les dépenses royales ouvrent les portes des premières commandes royales en 1788. Lorsque la Révolution éclate il ferme son établissement mais l’ouvre de nouveau peu de temps après. Très novateur, à la fin de l’époque Louis XVI, il annonce le style Empire en utilisant sur ses meubles raffinés, ornés de bronzes, des motifs de feuilles de lierres enroulées autour de colonnes détachées ainsi que des frises de palmettes stylisées ou de griffons ailés qui seront employés couramment sous l’Empire. A côté d’œuvres luxueuses, Molitor a produit également des meubles plus classiques, toujours en acajou et exécutés avec le plus grand soin. Bernard Molitor a donc traversé toute cette période perturbée sans grande difficulté. En 1802 il transférera ses ateliers rue Saint-Honoré, puis, sous l’Empire, boulevard de la Madeleine. Il terminera ses jours près de Fontainebleau où il s’éteindra en 1833.

Bibliographie : Ulrich Leben « Molitor : Ébéniste de Louis XVI à Louis XVIII »
Ebénisterie Mathieu Vath
Estampille difficile à voir sur photo

Elle est arrivée à l’atelier en très mauvais état. La tablette basse était fortement vermoulue ce qui rend la lecture de l’estampille très difficile. Il y avait un manque de matière sur le pied arrière gauche. Il ne restait plus que trois cannelures et quelques morceaux de grattoir sur le chant de la tablette. Quelques assemblages étaient éclatés et il y avait pas mal de manques de placages.

Le travail de restauration a donc constitué à restituer les manques de placage et de filets de laiton, à recoller les moulures d’acajou, à alaiser le fond de tiroir, à recoller les assemblages et à restituer les cannelures manquantes.

Ebénisterie Mathieu Vath
Collage des cannelures sous vide

Les marbres ont été nettoyés et reposés, les manques de grattoir ont été reproduits à l’identique, les bronzes ont été nettoyés et les manques redorés. Le meuble a été verni au tampon incolore et les pieds ont été recollés à la colle de poisson.

Ebénisterie Mathieu Vath
Après restauration

Pour voir les restaurations précédentes : https://ebenisterie-mathieuvath.fr/en-ce-moment-a-latelier/

Vous pouvez retrouver ce secrétaire aux Antiquités Stéphane Guin

2 thoughts on “Console Louis XVI Molitor

  1. Bonjour et bravo Mathieu tu es un génie car tu as redonné vie à cette console exceptionnelle.
    Encore un grand merci .
    Stephane

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.