Secrétaire Napoléon III

Ebénisterie Mathieu VATH

Côté restauration il n’y avait pas grand chose d’extraordinaire, le recollage des laitons à la colle de poisson et par infiltration, puis le décapage et le vernis. Sur ce type de meuble le plus difficile, c’est la teinte noire. Car avec le temps le poirier noircit, perd sa couleur et devient gris. Il faut alors le teinter, sans bien sûr masquer le laiton. Pour cela, je remplis et je polis le meuble jusqu’a ce que les laitons deviennent un vrai miroir. Ensuite, j’applique une teinte de campêche à chaud puis une couche de pyrolignite de fer. Je laisse sécher et avec un chiffon doux, je frotte les parties de laiton pour les faire ressortir du noir. Enfin, j’isole ma teinte avec du vernis et je vernis le tout au vernis tampon incolore. Travail fastidieux qui peut très vite devenir galère si on cherche à aller trop vite.