Commode transition dans le goût de Topino

Ebénisterie Mathieu VATH

Il y a un mois, est arrivée une jolie commode transition, qui me fait penser au travail de l’ébéniste Charles TOPINO (vers 1742-1803) – maîtrise obtenue le 4 juillet 1773. Mais cette commode ne porte pas son estampille, ni aucune estampille d’ailleurs. Ce qui confirme bien, qu’il n’y a pas besoin d’estampille pour avoir en face de soit un meuble de grande qualité. De plus, les marqueteries pourraient très bien provenir de l’atelier de Topino, car celui-ci vendait des panneaux de ses marqueterie au marchand merciers et à ses confrères pour qu’il en habille leurs meubles. Donc on peut supposer que cette commode est un meuble inspiré de l’ébéniste, une création contemporaine sans aucun rapport avec l’atelier de Topino, où bien une commode plaquée de ses marqueteries mais réalisée par un autre ébéniste côtoyant Topino. Tout est possible…

Ebénisterie Mathieu VATH
Côté gauche à son arrivée à l’atelier

Pour ce qui est des marqueteries et des bois employés, on retrouve du bois de rose pour les pieds et encadrements, avec un intérieur de pied plaqué en satiné. Les fonds de marqueteries sont en érable teint « tabac » et les marqueteries sont composées d’érable naturel, d’érable teint en vert et en bleu, de charme teint en vert et de buis.

On peut voir que certaines fleurs devaient être teintées en bleu. Mais à cause de restaurations successives et de cette fâcheuse tendance à poncer les meubles, le placage a perdu sa couleur. Car les ébénistes teintaient eux même les placages, et comme ils utilisaient du bois d’une épaisseur d’environ 2 à 4 mm, la teinte ne pénétrait pas toujours à coeur dans le bois. Ce qui fait que lorsqu’on ponce un bois teinté, on enlève sa couleur.

Ebénisterie Mathieu VATH
Détail du placage teinté en bleu
Ebénisterie Mathieu VATH
Détail du côté gauche du premier tiroir

Au niveau de la restauration, je constate que ce meuble a déjà été restauré précédemment. Pour ce qui est de la structure et de la boiserie, plusieurs éléments dont l’arrière ont été changés mais le travail a été bien fait, et il est en bon état. Par contre, les panneaux de côté commencent à se fendre, car les éléments de sapin qui le composent et qui étaient collés à plat-joint ont rétréci. Il faudra donc démonter en partie la commode pour remédier à ces défauts.

Ebénisterie Mathieu VATH
Fente du côté
Ebénisterie Mathieu VATH
Mauvaise greffe d’acajou et perce

Le plus gros du travail se trouve sur la marqueterie et les perces. Il y a peu de manques, mais du fait que cette commode a été exagérément poncée, le placage se trouve à certains endroits aussi épais qu’une feuille de papier à cigarette.

Ebénisterie Mathieu VATH
Fente et absence de gravure dû au ponçage
Ebénisterie Mathieu VATH
Perces dans le placage
Ebénisterie Mathieu VATH
Manques de placages
Ebénisterie Mathieu VATH
Lettre collée sous le fond de tiroir

La commode a ensuite été décapée et nettoyée, remplie à la ponce, les greffes ont été oxydées, puis vernis au tampon incolore.

Ebénisterie Mathieu VATH
Commode à son arrivée à l’atelier
Ebénisterie Mathieu VATH
Après restauration
Ebénisterie Mathieu VATH
Côté droit après restauration
Ebénisterie Mathieu VATH
Côté gauche après restauration
Ebénisterie Mathieu VATH
Vernis au tampon
Ebénisterie Mathieu VATH
Détail de la marqueterie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *